• Natacha Mengoli

Père Noël: on leur dit quoi?


Je savais bien que la parentalité allait me confronter à de nombreux défis plus ou moins contraignants, mais je n'avais pas imaginé que j'allais devoir établir une stratégie de communication pour les traditions de fin d'année.

J'avoue que jusqu'ici j'avais plus où moins esquivé la chose vu que les questions n'étaient pas trop nombreuses.

Mini#1 étant passé expert en interrogations, il est nécessaire de peaufiner et surtout de coordonner nos réponses avec mon co-équipier de mari.

Me concernant, j'ai toujours adoré cette période de l'année où les illuminations, les mélodies et les saveurs gourmandes nous plongent dans une certaine féerie. Partager ce moment avec mes enfants ne me fait apprécier encore davantage cette atmosphère.

Mais.

Mais les guirlandes clignotent rouges quand notre enfant nous demande: c'est qui le Saint-Nicolas?

Prise au dépourvu entre deux mouvements de brossage de dents, je lui ai dit que c'était un pote du Père Noël. Et si vous avez des enfants, vous devinez la question suivante?!

Ouf, heureusement pour moi, il ne m'a pas demandé sur ce coup qui était le père Noël, mais j'ai bien compris à ce moment qu'ils fallait qu'on décide comment on allait aborder la problématique.

Je veux et je tiens à préserver la magie de Noël et que mes enfants puissent vibrer en cette période si particulière mais je ne suis pas à l'aise l'idée de leur soutenir en les regardant dans les yeux qu'un Monsieur tout de rouge vêtu allait entrer chez nous en pleine nuit par la cheminée qu'on a pas pour déposer un cadeau sous notre sapin.

Mouais.

Et le loup alors?

Je le rassure chaque soir en lui disant qu'il ne peut pas rentrer puisque les portes sont fermées à clef.

Je vais pas lui dire qu'on a un paillasson magique qui reconnaît les bottes du Père Noël et qui ouvre la porte par enchantement non?

J'étais vraiment empruntée parce que je veux surtout pas les priver des bienfaits de la féerie des fêtes de fin d'année et je souhaite plus que tout les encourager à rêver mais je ne tiens pas à leur inculquer des croyances en les posant comme des vérités absolues.

Comprenons-nous, le but n'est pas de remplacer les contes de Noël par une synthèse du conflit israélo-palestinien. C'est juste que je ne veux pas obliger mes enfants à croire, je veux les inviter à croire.

Nous avons donc décidé de leur expliquer que Noël représente une période magique où on se réunit avec les personnes qu'on aime et qu'on s'offre des cadeaux pour se faire plaisir et montrer à nos proches qu'ils comptent pour nous. N'empêche que nous pouvons nous offrir des attentions toute au long de l'année aussi et se dire qu'on s'aime à chaque minute de la vie.

Quand au dossier Père Noël, il s'agit simplement de leur dire que beaucoup de personnes racontent que la nuit de Noël et les jours qui précèdent un vieux monsieur habitant au Pôle Nord distribue des cadeaux aux enfants du monde.. et qu'ils sont libres de décider si ils veulent y croire.

Cette approche n'enlève en rien la magie de Noël, il s'agit juste de privilégier le conditionnel et d'avoir une pointe de retenue dans nos propos pour laisser l'imaginaire de nos enfants faire la suite du chemin.

Je tiens à les aider à ouvrir les portes de la vie mais pas à les forcer à s'y engouffrer.

Et si ce point de vue vous fâche, Père Noël, rendez-vous sur mon paillasson magique pour en parler.

#éducation #enfant #famille #Noël

0 commentaire

Posts récents

Voir tout