• Natacha Mengoli

From Vegas with Love


Photo by David Becker/Getty Images

J’ai découvert cette image effroyable en rédaction ce matin à l’aube.

C’est la une d’un quotidien bien connue en Suisse. C’est aussi une image que l’on retrouve, aujourd’hui, dans les médias un peu partout sur la planète. Depuis que je l'ai vu, cette image me hante l'esprit. La force qu'elle dégage m'ensorcelle et me stupéfie.

Elle incarne à la fois la terreur et l’amour. La peur et la protection. La solitude et la proximité.

Elle a été prise par le photographe américain David Becker. Il était présent pour couvrir ce qu’il pensait être un simple concert de country. Cette soirée finalement marquera sa vie de photojournaliste à tout jamais.

C'est en suivant sa conscience journalistique qu'il a couru vers l'endroit que tout le monde fuyait. C'est aussi ça le métier de journaliste: aller à contre-courant pour montrer ce que les autres ne veulent pas voir. Debout sur une table, il a capturé l'horreur. Croyant comme beaucoup qu'il s'agissait de simples pétards ou des crépitements de hauts-parleurs, il n'a pas mesuré le danger ni le drame qui se jouait sous son objectif.

Ce n'est qu'en revenant sous la tente destinée aux médias qu'il a pris le temps de regarder de plus près les clichés qu'il venait de réaliser. Plongé dans l'incompréhension, alors qu'il pensait photographier des gens en pleine simulation, il constate sur ses images que le sang qui coule de leurs blessures est réel. Il comprend que ces personnes sont en train de mourir devant lui. Troublant, choquant, je vous invite d'ailleurs à aller lire de manière plus exhaustive son récit (en anglais) ici.

Par leur authenticité, les photos de David Becker nous plongent au coeur de ce drame épouvantable. Au coeur de la peur de la mort, du désir de fuir le danger sans connaitre sa source et de l'envie de protéger ceux que l'on aime.

Parmi l'horreur, cet homme a réussi le plus incroyable des défis. Il a su capter la tendresse. D'où la dimension si paradoxale et bouleversante de cette photo. Elle bouleverse ma conscience de journaliste, de maman et de citoyenne de ce monde. Elle bouleverse aussi ma conscience de voyageuse puisque j'ai eu l'occasion de séjourner au Mandalay Bay en été 2014. Cet hôtel m'avait séduit pour sa piscine à vagues bordée d'une plage de sable.

Mais à cause de la folie d'un homme, le Mandalay Bay ne fera plus rêver personne. Il a perdu son étincelle tout comme sa ville.

Aujourd'hui, Vegas ne brille plus malgré ses mille lumières.

Alors cessons un instant de débattre sur l'amour des Américains pour les armes, la laxisme du Nevada ou la stupidité de Trump mais aidons plutôt cette ville meurtrie à se relever, en hommage à tous ceux qui n'ont pas pu le faire ce dimanche funeste.

Bravons la peur et penchons nous sur ses habitants et ses victimes et couvrons les de tout notre amour.

Comme ce jeune homme l'a fait pour celle qu'il aime.

(Pour satisfaire les curieux, qui comme moi, tiennent à connaitre l'épilogue de cette image, sachez que les deux protagonistes ont ensuite pu se relever et fuir le site selon le témoignage de D.B)

#LasVegas #amour

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Par tags

Archives

© 2016-2020 Mengojuice

  • b-facebook
  • Instagram Black Round